En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Revue de Presse

Le lycée de L'Arrouza labellisé lycée des métiers

Par STEPHANIE ETCHEVERS BONTEMPS, publié le jeudi 3 mai 2018 15:50 - Mis à jour le jeudi 3 mai 2018 15:50
Peretto & Peretto architectes

Le lycée professionnel de L'Arrouza peut souffler. Après un travail de deux ans pour obtenir le label de lycée des métiers, l'établissement lourdais a officiellement décroché la timbale par la parution de son nouveau statut dans le bulletin officiel de l'Éducation nationale le 15 mars.

«Nous avons commencé la procédure et la mise en place du dossier en septembre 2016», précise le proviseur du lycée, Stéphan Angla, quant à la labellisation de lycée des métiers de l'hôtellerie, de la restauration, du commerce et du Web marketing de son établissement. «Nous avons monté des groupes de travail, composés de professeurs et de parents d'élèves pour répondre à un cahier des charges académique.»

Ainsi, l'établissement doit offrir des formations professionnelles, accueillir du public de statuts différents, avoir un partenariat actif avec le tissu économique local, organiser des actions culturelles et des actions visant à l'ouverture internationale, prévenir le décrochage scolaire et avoir une politique active de communication. Une fois ces critères remplis, c'est le recteur académique qui donne le label et rend ainsi visible l'offre de formation professionnelle. Après un audit le 18 janvier 2017 qui a donné lieu à quelques avenants dans le dossier pour répondre aux demandes académiques, c'est en début d'année scolaire, en septembre, que le vote des instances s'est penché sur le cas du lycée de L'Arrzoua pour, six mois après, valider son nouveau statut. «Concrètement, cela ne change pas grand-chose sur les enseignements mais cela permet à l'établissement d'être reconnu, poursuit le proviseur. Si on tient nos engagements, on ne peut plus nous enlever l'une des formations pour la placer dans un autre lycée par exemple.» Une garantie donc de stabilité pour l'établissement lourdais.

Camil Ioos