Articles et reportages de presse sur le lycée l'Arrouza

 

 enlightened cliquez sur les titres soulignés  pour voir l'article si celui-ci n'y est pas enlightened 

Rue barrée et L'Arrouza continuent leur partenariat

Christian Arramond a tenu à remercier Stephan Angla, Frédéric Delga, et le lycée de L'Arrouza dans son ensemble pour leur implication./ Photo A.-C. E.
 

Lundi matin, Christian Arramond, coprésident du festival Rue barrée, est venu remettre deux chèques à son partenaire historique, le lycée de L'Arrouza. Malgré les changements prévus pour le festival, le partenariat continue.

Le festival Rue barrée s'est déroulé à la rentrée, et a rencontré un vif succès. Cette année, ce sont 15.040 spectateurs qui sont venus assister aux multiples spectacles de rue. «Ils sont 2.000 de plus que l'an passé», ajoute Christian Arramond, le coprésident. Mais il est déjà annoncé que le festival changerait de forme pour l'an prochain. Rien n'est acté pour le moment, même si l'association a déjà plusieurs idées en tête. «La Drac (Direction régionale des affaires culturelles) propose déjà de nous suivre pour la prochaine édition.» Un projet sur les femmes est en réflexion. «Rue barrée n'est pas mort», affirme le coprésident.

Le lycée de L'Arrouza est le partenaire historique de ce festival, «on veut que ça continue», ajoute Christian Arramond. Chaque année, les élèves du lycée ont préparé des crêpes, des frites et même des tajines pour les bénévoles, artistes et festivaliers. Deux compagnies étaient en résidence dans les locaux du lycée. «C'est une façon de faire entrer la culture dans l'établissement», explique Stephan Angla, proviseur de L'Arrouza. Les lycéens font même le démarchage pour trouver des sponsors. Pour les remercier de leur investissement, Rue barrée leur a fait un don de 1.000 €. «Nous savons que l'argent va être utilisé de façon pédagogique.» La moitié de la somme ira pour le foyer des élèves, et l'autre remboursera une partie de la location du matériel utilisé pour le festival.


Festival

Le chiffre : 1 000

euros >De dons au lycée de L'Arrouza. Un geste que Rue barrée fait chaque année pour les remercier.


Une expérience pour les élèves

Participer au festival Rue barrée est un challenge proposé chaque année aux élèves du lycée de L'Arrouza. Dès la rentrée, ils doivent se mettre en condition. «C'est une façon de faire travailler les élèves sur les méthodes de restaurant, tout en sortant un peu du lycée», explique Frédéric Delga, directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques. Les élèves doivent préparer les repas pour les artistes, les bénévoles et les festivaliers. Ils travaillent avec leurs professeurs. Une mise en situation bénéfique pour tous.


 

Erasmus : l'opportunité de partir à l'étranger

 

Le lycée de l'Arrouza fait partir, cette année, 16 élèves et 4 membres du personnel de l'établissement à l'étranger. / Photo A.-C. E.

Le lycée de l'Arrouza fait partir, cette année, 16 élèves et 4 membres du personnel de l'établissement à l'étranger. / Photo A.-C. E.

Jeudi, le lycée hôtelier de l'Arrouza a remis les bourses Erasmus aux 16 élèves et aux 4 membres du personnel qui, grâce à ce financement, vont avoir l'opportunité de partir pour six semaines à l'étranger, cette année.

Le rectorat a retenu les dossiers cette année. Le lycée hôtelier a reçu 28 bourses Erasmus et 8 bourses personnel pour deux ans. Grâce à cela, cette année, 16 élèves et 4 membres du personnel vont partir en Italie, en Espagne, en Allemagne ou à Malte. «Grâce aux bourses Erasmus, votre voyage ne va rien vous coûter», explique le proviseur, Stephan Angla. Ces bourses versent environ 1.000€ par élève, selon le pays. «Je vous félicite d'avoir envie de le faire. La mobilité est quelque chose d'essentiel, il n'est pas réaliste aujourd'hui de penser rester au même endroit. Merci à l'établissement, je sais que c'est beaucoup de travail administratif», assure Florence Fassi, secrétaire générale de l'inspection académique. «L'ouverture sur l'international et la mobilité sont très importantes. Quand on a compris ça, nous sommes dans une démarche gagnante», ajoute Rose Lafforgie, inspectrice du second degré sur l'information et l'orientation du département. Cette année, pendant six semaines, 5 élèves et 2 membres du personnel partent en immersion professionnelle en Italie, 7 élèves et un personnel en Espagne, 4 élèves et un personnel en Allemagne, et un membre du personnel va à Malte pour de la prospection et l'élaboration de partenariats.

Le lycée prend en charge le transport et l'hébergement, ainsi que la prospection des stages. Les élèves passent un test de langue avant et après leur voyage pour analyser leur progression.

28 bourses élèves, et 8 bourses personnel. Pour les deux années, pour le lycée de l'Arrouza.

Une sélection sur l'année

Un comité de pilotage a été créé, fin de l'an passé, composé du proviseur, de M. Bordes, de Mme Vacquier et quelques autres professeurs de langue pour déterminer quels élèves seraient sélectionnés. Les élèves ont préparé une lettre de motivation, un CV et un dossier de cinq pages sur leur intérêt pour le pays de destination. «Nous les avons sélectionnés sur leur motivation, leur assiduité et surtout leur autonomie», explique Mme Vacquier. «Pendant toute la durée de votre séjour, nous restons en contact avec vous», assure M. Bordes.

A.-C. Éveillé

 

 

Le vin «Des vendanges à la dégustation»

 

Projet pédagogique innovant pour les étudiants qui ont suivi toutes les étapes de l'élaboration du vin./ D.R.

Projet pédagogique innovant pour les étudiants qui ont suivi toutes les étapes de l'élaboration du vin./ D.R.

Le lycée hôtelier L'Arrouza a proposé un projet pédagogique innovant aux étudiants afin de leur enseigner les différentes étapes nécessaires à l'élaboration du vin. Les terminales bac pro commercialisation et services en restauration et de terminale bac technologique hôtellerie-restauration ont accueilli, au lycée, Mathilde Guinoiseau, responsable d'exploitation du lycée agri-viticole de Riscle, pour participer à une analyse sensorielle des différents vins. Les élèves de terminale bac pro cuisine sont venus gonfler les effectifs pour la seconde étape du projet qui s'est déroulée au lycée de Riscle. Ils ont participé aux vendanges manuelles, en l'occurrence du cépage tannat entrant dans l'élaboration du vin rouge qui figure sur la carte du restaurant d'application du lycée de l'Arrouza. Les lycéens ont visité les installations de vinification du lycée avec M. Sarran, professeur d'œnologie. Ainsi les élèves assurant le service pourront conseiller les clients sur l'origine et les saveurs des vins puisque ces produits dégustés se trouvent sur la carte. En octobre, les personnels du lycée de l'Arrouza ont dégusté au restaurant d'application, en avant-première, les foies gras de l'entreprise Guitouest, mini-entreprise créée en 2016 par les élèves. Une formation qui leur a permis d'appréhender le monde de l'entreprise. Le restaurant d'application du lycée hôtelier L'Arrouza est ouvert au public depuis le 26 septembre et les menus sont consultables sur le site du lycée www.arrouza.entmip.fr

Le site de l'entreprise : www.leguitouest.com

Simone Beugin

Retour au pays pour Carolin Treske

 

Mme Vacquier, MM. Angla et  Delga ont accueilli Carolin Treske pendant un mois. / Photo A.-C. E.

Mme Vacquier, MM. Angla et Delga ont accueilli Carolin Treske pendant un mois. / Photo A.-C. E.

Le lycée hôtelier de l'Arrouza a accueilli, du 4 au 29 septembre dernier, Carolin Treske, jeune Allemande de 22 ans, en stage dans l'administration. Cet échange a pu être possible grâce au programme Erasmus, auquel le lycée hôtelier lourdais participe. Venue de Hambourg, Carolin Treske profitait pour la première fois d'un voyage aussi long en France. Durant un mois, elle a travaillé et était logée au lycée, dans une chambre d'hôte. Après ses activités professionnelles, la jeune Allemande a pu découvrir les Pyrénées par des randonnées, participer au festival Rue barrée, partir avec les élèves à diverses excursions. «J'ai adoré travailler dans l'administration, les tâches sont plus nombreuses ici, et les gens sont très chaleureux», raconte-t-elle. à Hambourg, elle est en alternance dans l'établissement BS07, avec lequel le lycée de l'Arrouza est partenaire. Plusieurs élèves lourdais y partent en stage, dans le cadre du programme Erasmus. D'ailleurs, Carolin Treske leur a donné quelques cours d'allemand avant leur départ. «C'est une expérience intéressante, autant pour elle que pour nos élèves», explique Stephan Angla, le proviseur. «C'est aussi un confort pour les parents, puisque les élèves sont logés et nourris, et qu'un référent est toujours sur place», ajoute Frédéric Delga. Carolin Treske est retournée en Allemagne samedi.

 

 

Une disco soupe pour lutter contre le gaspillage alimentaire à Tarbes

Ce jeudi, la place Marcadieu de Tarbes a redonné vie aux fruits et légumes délaissés du marché. Avec cette opération, le Symat (Syndicat mixte de l'agglomération tarbaise) qui s'occupe de la collecte des déchets, veut sensibiliser sur le gaspillage alimentaire.

« On a l’habitude de proposer des opérations dans le cadre du programme «Territoires zéro déchet, zéro gaspillage » dans lequel on est engagés pour trois ans », explique Nicolas Perez, responsable du service prévention des déchets de le Symat. Aujourd’hui, le syndicat a inventé un nouveau concept pour sensibiliser à plus grande échelle sur le gaspillage alimentaire :  une disco soupe.

« On récupère les fruits et les légumes invendus des primeurs de la Halle Marcadieu. Ils sont ensuite transformés en jus de fruits et en soupe et proposés gratuitement au public. Autour d’un verre, on aborde avec eux la thématique du gaspillage alimentaire », explique Nicolas Perez.

Le lycée hôtelier L’Arrouza de Lourdes met la main à la pâte pour transformer ces fruits et légumes. Guillaume Viguier, enseignant au lycée, est venu avec deux de ses élèves. « C’est important de valoriser ces produits qui sont, certes, abîmés mais qui sont encore consommables et de très bon goût. Ça permet aussi à mes élèves de découvrir la diversité du métier », souligne le chef. Les passants peuvent eux aussi participer à la nouvelle vie de ces invendus. Un atelier préparation, avec nettoyage et découpage est installé sur la place.

70 kg pour la première disco soupe

La première édition de la disco soupe a séduit les primeurs du marché. « Il y a quelques semaines, nous sommes allés à la rencontre des primeurs de la Halle Marcadieu pour leur expliquer le projet. Ils ont gentiment accepté de participer à cette opération », souligne Nicolas Perez. Plus de 70 kg de fruits et légumes ont été récoltés.

Du côté des passants, le concept séduit aussi. Francette, habitante d’Ossun, a fait le déplacement à Tarbes spécialement pour la disco soupe. « C’est important de lutter contre le gaspillage alimentaire. Les actions comme celles-ci devraient être plus nombreuses. »

Prochaine étape pour le Symat : la Semaine du goût qui aura lieu du 9 au 15 octobre. Le syndicat proposera, cette fois-ci, des jus de fruits préparés à partir des invendus de la Halle Brauhauban.

CAMILLE BIGO

 

 

 

Journée à vélo pour les 3e PEP

La classe de 3e PEP a bien commencé l'année./  Photo A.-C. E.

La classe de 3e PEP a bien commencé l'année./ Photo A.-C. E.

La classe de 3e préparatoire à l'enseignement professionnel a commencé l'année scolaire à vélo. Vendredi, leur professeur référente, Christelle Durant, a organisé, avec le professeur M. Fourton, une journée spéciale. Sept des élèves de cette classe de neuf personnes sont partis dès 8 h 30 du lycée, pour arriver à Argelès-Gazost en passant par la Voie verte. Au passage, les élèves ont dû s'arrêter pour plusieurs épreuves, comme une course relais, un parcours de VTT, du run and bike, et une montée encordée à la tour d'Agos. L'équipe est arrivée vers 12 h 30 à Argelès-Gazost, et s'est arrêtée pour déjeuner au Bistrot des Pyrénées. Cet établissement est d'ailleurs tenu par des anciens élèves du lycée de l'Arrouza.

C'est l'équipe 2, composée par Erwan, Maëva, Benjamin et Noémie, qui a remporté ces épreuves. L'équipe 1, avec Louanne, Julien, Yann et Annaëlle, a tout de même profité de cette journée. Après le déjeuner, tous ont repris les vélos, prêtés par le lycée, pour revenir à Lourdes.

La Nouvelle République des Pyrénées

 

Sensibilisation à la sécurité routière​

Les élèves ont eu un rappel du code de la route avec simulateur et test de réflexe de freinage./  Photo Simone Beugin.

Les élèves ont eu un rappel du code de la route avec simulateur et test de réflexe de freinage./ Photo Simone Beugin.

Les 250 élèves ont fait leur rentrée au lycée de l'Arrouza. Dès le lundi 4 septembre, une centaine d'élèves, afin de faciliter leur intégration, ont participé à un jeu de piste où ils devaient découvrir la photo de leur tuteur, car un tutorat a été instauré. Le 6 septembre, ils ont fait plus ample connaissance et ont travaillé ensemble. Le 7 septembre, les élèves de bac pro, CAP et bac techno ont eu une sensibilisation à la sécurité routière avec différents partenaires : les pompiers, la préfecture, la police, l'association de prévention en alcoologie et addictologie, la MAIF, l'association Vie libre et Cathy, jeune handicapée qui a apporté le témoignage de son accident. Les différents intervenants ont rappelé le code de la route, ont enseigné les premiers soins et secours d'urgence, ont évoqué le cannabis, l'alcool et la drogue. Les élèves ont pu s'initier avec le simulateur du code de la route et au test de réflexe sur le freinage… Tous les élèves de terminale et de seconde ont également suivi ces ateliers de sensibilisation et de prévention. Quant aux élèves de 1re en bac professionnel, ils ont préparé le repas de tous les élèves au self-service.

Simone Beugin

 

 

 

 

Les 3e récompensés lors d'un concours national

La classe de 3 e PEP a reçu la sélection officielle du concours national grâce à son reportage./Photo A.-C. E.

La classe de 3 e PEP a reçu la sélection officielle du concours national grâce à son reportage./Photo A.-C. E.

La classe de 3e préparatoire à l'enseignement professionnel du lycée de l'Arrouza a été sélectionnée lors du concours national «Je filme le métier qui me plaît». Une occasion de plus pour la classe de travailler sur son orientation.

La fin de l'année scolaire approche. La classe de 3e PEP (Préparation à l'enseignement professionnel) du lycée de l'Arrrouza a participé à de nombreux projets tout au long de l'année, et le dernier en date était sa participation au concours national «Je filme le métier qui me plaît», organisé par le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Il a été mis en place pour sensibiliser les collégiens, lycéens et étudiants, dans le cadre de leur orientation, au monde du travail ainsi qu'aux différentes représentations qu'ils ont des métiers. Avec la participation de leur professeur principale, Christelle Durand, la quinzaine d'élèves de cette classe a décidé de présenter le métier d'agriculteur. «C'est un métier qui n'est pas assez connu, on n'entend pas beaucoup parler d'eux alors que ce sont eux qui nous font vivre», expliquent les élèves. Ils sont allés à la rencontre de M. Lacaze et de son fils, à Argelès-Gazost, tous les deux exploitants, et leur ont posé une centaine de questions, sur leurs conditions de travail, leur salaire, leur vie privée, etc. Pendant que certains posaient les questions, les autres filmaient. Leur professeur s'est chargé du montage de la vidéo, qui ne devait pas dépasser les trois minutes. Un travail que tous les élèves ont apprécié, et qui a été récompensé, puisque leur vidéo a séduit le jury. Ils font partie de la sélection officielle, et ont reçu un diplôme pour les féliciter de leur vidéo.


Une formation pour que les jeunes trouvent leur voie

La formation de la 3e PEP aide les jeunes dans leur orientation professionnelle, grâce à différentes activités et visites tout au long de l'année. Les élèves ont participé à de nombreux concours, et profitent des enseignements pratiques interdisciplinaires pour construire des projets autour de la découverte professionnelle. «Ça nous aide à nous trouver, ça ouvre des portes pour différents métiers, qu'on n'aurait pas forcément envisagés», ajoutent les élèves. Leur professeur principale, Christelle Durand, les a emmenés dans tous les lycées des environs. Les élèves ont pu profiter de deux stages d'observation dans leur année. Pour certains, ce sont ces stages qui les ont confortés dans leur choix d'orientation. Les inscriptions se terminent, mais les 3e seront les derniers à quitter l'établissement cette année. Ils passent le brevet les 29 et 30 juin.

A.-C . Eveillé

 

 

 

Le théâtre s'invite au lycée de l'Arrouza

Cinq classes du lycée de l'Arrouza ont participé à des ateliers théâtre avec les comédiens de Dax./Photo D.R.

Cinq classes du lycée de l'Arrouza ont participé à des ateliers théâtre avec les comédiens de Dax./Photo D.R.

Cinq classes du lycée hôtelier de l'Arrouza, de Lourdes, ont participé, le matin, durant deux heures, à des ateliers de jeux et d'improvisations théâtrales. «À l'heure des applications sur smartphone toujours plus dynamiques et des vidéos internet ultra-rythmées, proposer des ateliers et une représentation sur l'histoire du théâtre à des lycéens, qui ne sont pas forcément volontaires, semblait un défi à part entière», souligne Xavier Ducarre, professeur au lycée mais aussi l'un des cinq comédiens de la troupe de Dax. Après une pause appréciée au restaurant d'application du lycée, l'après-midi, 120 élèves du lycée se sont rendus au Palais des congrès, à la séance de 15 heures, pour découvrir la pièce «2.500 à l'heure et des poussières», qui relate l'histoire du théâtre en 90 minutes. Ont suivi 30 minutes d'échange et de discussion sur la création et les coulisses de la pièce, puis la prise d'une photo de groupe sur la scène. Les comédiens ont su transmettre leur passion du théâtre et le faire aimer aux jeunes. «D'habitude, le théâtre me paraît long mais cette fois, c'était génial», glisse une lycéenne à sa voisine. Un beau compliment qui vaut bien mille récompenses pour les artistes comédiens. Une première qui appelle à renouveler l'expérience pour d'autres journées théâtre au lycée hôtelier de l'Arrouza.

Simone Beugin

 

 

Changer l'image de la 3e PEP

Éducation - Lycée de l'Arrouza

 

Léa et Zoïa ont présenté le projet à Sarsan. / Photo DR.

Léa et Zoïa ont présenté le projet à Sarsan. / Photo DR.

Les élèves de 3e PEP de l'Arrouza et l'équipe pédagogique se sont mobilisés sur l'année scolaire pour mettre en place le projet ambassadeur : présenter l'ensemble du travail effectué en 3e PEP, mettre en avant les principaux objectifs de cette formation, notamment travailler son orientation et expliquer l'organisation mise en place afin que l'élève retrouve une motivation, notamment par la voie professionnelle ou le voie de l'apprentissage. Zoïa Abaïr et Léa Poupeney ont réalisé une présentation au collège de Sarsan devant des élèves de 4e susceptibles d'être intéressés. Mme Campays, principale adjointe de Sarsan, veut renouveler l'opération l'année suivante. Le projet ambassadeur est un succès pour le lycée de l'Arrouza.

La Dépêche du Midi

 

Kamel Chibli visite le chantier de l'Arrouza

Kamel Chibli et Yolande Guinle, du conseil régional, sont venus visiter le chantier de l'Arrouza. / Photo A.-C. E.

Kamel Chibli et Yolande Guinle, du conseil régional, sont venus visiter le chantier de l'Arrouza. / Photo A.-C. E.

Jeudi après-midi, Kamel Chibli, vice-président du conseil régional en charge de l'éducation, la jeunesse et le sport, est venu voir l'avancée des travaux du lycée professionnel de l'Arrouza.

En février dernier, le conseil régional a accordé un ensemble d'aides pour le département en faveur d'emploi et de l'attractivité. Parmi ces projets, on compte celui de l'augmentation de capacité de l'internat, la réfection de l'hôtel d'application et le câblage du lycée professionnel de l'Arrouza. Pour voir l'avancée des travaux, le 7e vice-président de la région, Kamel Chibli, en charge de l'éducation, de la jeunesse et du sport, s'est rendu sur place. Accompagné de Stephan Langla, le proviseur du lycée, le vice-président a découvert la phase 1 des travaux qui devrait se terminer en septembre prochain. «Tout cela va améliorer les conditions de pratique des lycéens. Et pour les internes, ils vont apprécier un nouvel espace de vie plus adapté», commente Kamel Chibli. Cette première phase de travaux revient à 1,75 million d'euros. Les architectes Peretto sont venus présenter la 2e phase de travaux, qui devrait débuter pour l'été 2018. L'accès aux entrées sera sécurisé, le restaurant sera mis en valeur, les bâtiments seront réhabilités pour répondre aux normes d'accessibilité, les cuisines vont recevoir du nouveau matériel et une terrasse va être créée. Tout cela pour un montant de 2,1 millions d'euros. «Je suis très content de la réactivité de la région, nous avons un bon dialogue, nous sommes écoutés», ajoute Stephan Langla. «Il n'y a que 4 lycées de restauration et hôtelier sur la région. Bien que les Hautes-Pyrénées soient situées à l'extrémité de la région, le département n'est pas oublié», termine Kamel Chibli.


Le chiffre : 4

millions d'euros >Quasiment. Pour les deux phases de travaux du lycée professionnel de l'Arrouza.


L'équipement sportif devient usé

Stephan Langla a profité de la visite du vice-président pour lui montrer les problèmes de l'équipement sportif du lycée. Une salle trop petite, sans sanitaire ni vestiaires, et qui oblige les élèves à traverser la rue. «Cela me pose des problèmes de sécurité», explique le proviseur. Kamel Chibli, très attentif, a pris en compte toutes ces données. «On doit faire étape par étape, répond le vice-président de région, je ne néglige pas la pratique sportive, il faut réfléchir à un aménagement pour plus de confort et de sécurité.»

A.-C. Éveillé

 

Les jeunes ont servi le ministre

Les jeunes en formation du lycée de l'Arrouza, le ministre et la députée./Photo DR.

Les jeunes en formation du lycée de l'Arrouza, le ministre et la députée./Photo DR.

Nous sommes dans un département presque essentiellement touristique, où les métiers de l'accueil et de l'hôtellerie sont donc importants, et la formation qui va avec est essentielle pour bien accueillir et continuer à recevoir des touristes exigeant. Basé à Lourdes, poids lourd touristique, le lycée de l'Arrouza vise l'excellence. En cette fin d'année, certains de ses élèves se souviendront d'une expérience un peu particulière qu'ils ont vécue il y a peu et qu'ils pourront sans doute faire figurer dans leur CV. Si le ministre Jean-Michel Baylet n'est pas venu spécialement pour eux lors de sa visite à Luz mais plutôt pour rencontrer les paysans et pour la reconstruction de l'abattoir, ce sont pourtant ces jeunes qui ont procédé au service de l'apéritif, puis un petit peu après du repas servi à Luz et Coutume, qui aura aussi une autre histoire à raconter. Un honneur pour ces jeunes qui s'en souviendront longtemps.

Ph. L.

 

A la découverte des métiers de l'industrie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les élèves découvrent la voiture de course

Enseignement et formation - Lycée de l'Arrouza

Les élèves de 3 e PEP après la visite de l'atelier Norma Auto-Concept. / Photo D.R.

Les élèves de 3 e PEP après la visite de l'atelier Norma Auto-Concept. / Photo D.R.

Le constructeur de voitures de sport français basé à Saint-Pé-de-Bigorre a ouvert les portes de son atelier aux élèves de 3e Préparatoire à l'enseignement professionnel (PEP) du lycée l'Arrouza.

Les élèves ont pu identifier et découvrir les différents métiers nécessaires pour la naissance d'une voiture de course, du premier dessin aux derniers essais, avant la mise en service de celle-ci. Une rencontre passionnante entre l'équipe qui seconde Norbert Santos, fondateur de l'entreprise, et des jeunes qui n'avaient pas connaissance d'un tel atelier proche de chez eux.

Cet échange réitéré chaque année est rendu possible grâce à M. Gautré, professeur de mathématiques et sciences physiques au lycée, ancien pilote de ce bel atelier, car lui aussi est passionné par ces beaux bolides. Les élèves de 3e PEP travaillant sur leur orientation et en quête de nouveaux métiers ont une fois de plus été enchantés par cette visite.

Un moment de travail mais surtout de passion partagée qui aura peut-être fait naître de nouvelles envies professionnelles.

La Dépêche du Midi

Reportage Région Occitanie par les 2nd bac pro cuisine cliquez sur le lien

 

Les élèves sensibilisés à l'écologie  

 

 

 

 

 

 

 

 

*****************

 

*****************

Inuits d'un jour pour un projet science

 

*****************

Les élèves créent leur entreprise

 

*****************

A la découverte du métier d'agriculteur 

 

*****************

La jeunesse va s'impliquer dans la vie citoyenne

 

*****************

Les Techniques expliquées à l'Arrouza

 

*****************

Un succès pour le loto de l'Arrouza

 

*****************

Benjamin, lauréat au challenge de l'alternance

 

*****************

Trois lycéens partent pour Atlanta

 

 

*****************

Un "Erasmus" pour les futurs jeunes professionnels

 

*****************

 

Les élèves et la ministre de l'Education

 

 

 

 

 

*****************

Voyage en Angleterre

 

*****************

80 convives à la soirée médiévale

 

*****************

1.100 personnes au repas des aînés offert par la ville

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*****************

Ils vont pouvoir partir en stage à l'étranger

 

*****************

Les jeunes sensibilisés aux addictions

 

*****************

Octobre se pare de rose contre le cancer

 

*****************

Festival Rue Barrée !

 

*****************

Rue barrée prend d'assaut les rues de la ville

*****************

Des journées d'intégration au lycée

*****************

Lourdes : Stéphan Angla fait sa rentrée des classes

C'est la rentrée

 

Stéphan Angla veut faire de l'Arrouza un lycée des métiers, autour de l'hôtellerie, de la restauration, du commerce et de la vente./ Photo A. G.

Stéphan Angla veut faire de l'Arrouza un lycée des métiers, autour de l'hôtellerie, de la restauration, du commerce et de la vente./ Photo A. G.

Stéphan Angla devient aujourd'hui le nouveau proviseur du lycée professionnel et technologique L'Arrouza. Il souhaite continuer le travail entamé et développer des nouveautés.

Officiellement, il ne rentre qu'aujourd'hui en classe, en tant que nouveau proviseur du lycée L'Arrouza. Mais Stéphan Angla est dans le lycée depuis mi-août pour prendre ses marques et découvrir le lycée professionnel et technologique qu'il dirige désormais. Ancien proviseur adjoint au lycée des métiers Sixte-Vignon d'Aureilhan et professeur des sciences et techniques industrielles à Tarbes, Stéphan Angla a préparé la rentrée avec son prédécesseur, Pascale Ginestet. «Je connaissais déjà l'établissement comme invité et j'ai déjà mangé au restaurant d'application», sourit-il, montrant qu'il n'arrive pas en terre inconnue.

Stéphan Angla accueille aujourd'hui et vendredi 243 élèves et 23 apprentis dans un lycée dont «les résultats sont bons». Un classement récent de «L'Étudiant» place ainsi L'Arrouza au rang de 2e lycée hôtelier de France, tandis qu'il est le premier lycée professionnel du département. Pourtant, «c'est en seconde technologique hôtellerie qu'il nous reste quelques places», concède le nouveau proviseur. Alors, Stéphan Angla souhaite «faire connaître le lycée, ses résultats et ses compétences. Et le faire reconnaître comme un lycée des métiers». Pour les autres projets, Stéphan Angla souhaite mettre au cœur de la formation le développement durable avec «des efforts à faire sur le recyclage et éviter les déchets». Il mise aussi sur l'intégration et l'accueil des nouveaux élèves avec des journées spéciales qui commencent dès aujourd'hui.

La Dépêche du Midi 01/09/2016

Modifier le commentaire 

par admin arrouza le 21 nov. 2017 à 09:38

haut de page